Tunisiennes à la plage...

Here i am, je suis de retour après une longue absence, l’écran de l’ordi m’a beaucoup manqué, mon blog m’a aussi beaucoup manqué, bref « enfin seuls on va pouvoir commencer » comme dit bugs bunny.
Certains pourraient éventuellement imaginer que mon absence si longue est due à des vacances loin très loin du bled sous le soleil ou à l’abri des cocotiers à l’autre bout du monde sur une plage doré au sable fin, dans un palace où on vous sert le petit déjeuner au lit avec un grand sourire, une rose fraîchement cueillie dans son grand jardin et une bonne gaufre au chocolat, sur une terrasse avec une vue imprenable sur la mer oh la mer … et bein non, rien de tout cela, j’étais encore une fois prise dans mes études qui n’en finissent pas, livres, cahiers, polycopies, examens… et je n’ai connu de soleil que celui qui me brûlait les bras quand de temps à autre il m’arrivait de sortir en voiture chercher ma sœur fi gharghour el kayla et je n’ai connu de rose que celle qui a fané devant la fenêtre de ma chambre parce que je n’ai pas eu le temps de la cueillir ni de l’arroser (d’ailleurs tout le rosier du jardin a disparu) et je n’ai connu de terrasse que celle de chez nous où ils nous arrivaient en fin d’après midi de siroter une boisson fraîche en famille.
Enfin bref une bonne et interminable révision que j’ai cru ne pas être en mesure de surmonter cette fois ci.
Mais comme on dit chez nous 3mor lekleb twill, et me voici survivante, miraculée d’un naufrage aussi célèbre que le Titanic que nombre d’entre nous (nous autres étudiant(e)s) connaissent très bien sous le nom de la Révision (heureusement il y a souvent plus de survivants que de naufragés).
Comme je le disais donc je n’ai pratiquement pas eu de vacances, à part quelques bains de mer par ci par là, je n’ai pas eu vraiment l’occasion de profiter pleinement d’une bonne ne serait ce que semaine de repos végétatif, niéser, glander ne rein faire oh que c’est bon ne rien faire, mais non, non pas pour moi, vivement l’été prochain.
Je suis donc partie une fois à la piscine d’un des hôtels réputés de gammarth piquer une tête et comme tout bon citoyen tunisien qui se respecte, mon homme s’est procuré la carte d’accès d’un des membres du club très sélect de ce grand palace que nous ne connaissons pas et dont nous n’avons jamais entendu le nom Mr X. Mr X avait donc eu l’amabilité de nous prêter sa carte malgré le fait qu’il soit clairement écrit au dos de celle-ci qu’il s’agit d’une carte personnelle et qu’il est strictement interdit de la prêter ;
Mon homme est donc venu me chercher l’après midi tout content avec cette fameuse carte tandis que moi j’étais toute excitée à l’idée que finalement j’allais me baigner. Je monte dans la voiture et voilà que mon homme me tend la carte avec un grand sourire de l’homme fier. J’ouvre grand les yeux et je m’exclame « bein ! Espèce de cachetier tu m’avais pas dis que tu t’es procuré une carte à ton nom » en fait, j’ai parlé trop vite, je regarde la carte plus attentivement et je lis le nom de ce mystérieux Mr X « c’est ton copain, un ami à ton père ou de l’un de tes frères peut être » rien de tout cela, c’était un parfait inconnu autant pour lui que pour moi « ah !!! autant pour moi chéri, on va se présenter devant le grand portail du palace, on va tendre la carte et on va tout simplement se faire jeteeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeer ! ».
Et contrairement à tout citoyen tunisien qui se respecte j’en ai fais des tonnes et des tonnes « je ne veux surtout pas me ridiculiser fi jortek, je ne veux plus y aller, on ne peut pas compter sur toi mais c’est pas possible, et admettons qu’il nous laisse entrer, si Mr X se pointe, qu’est ce qu’on fait ? einh ? Qu’est ce qu’on dit ? Le mec il ne nous connaît même pas ? Et si et si et si… ».
Finalement nous accédons à la piscine sans aucun souci, nous profitons de notre journée qui fut d’ailleurs très agréable, bien que je me suis sentie un peu en décalage avec les autres jeunes filles de mon âge qui se trouvaient à la piscine (un peu comme Gad El Maleh et le Blond) ces filles parfaites jusqu’au bout des ongles, « broshinguées » pour aller à la piscine (et il ne fallait surtout pas se mouiller les cheveux ou alors d’un seul côté en nageant la nage indienne – pour toutes celles qui voudraient apprendre cette nage cf. l’autre c’est moi le spectacle de Gad - pour rester en « mono broshing » quand même), avec le petit haut assorti aux mules à talon, le petit très petit très très petit bikini, le paréo à fleurs attention avec la même fleur au cheveux, enfin bref la totale, sans oublier le maquillage, pas libanais pour une fois, on réserve ça aux soirées à la disco, mais tunisien, bien de chez nous, des couleurs plein de couleur, un fond de teint et du mascara pas la peine que ça soit waterproof, si ça coule, ça fait madame Adams mais c’est pas grave, il paraît que les mecs adorent ça, moi j’étais en tongs, bikini, casquette et crème solaire (mais contrairement à Gad qui lui voudrait ressembler au Blond) j’étais très bien, j’ai mangé ma pizza avec les doigts (avec quand même le petit doigt en l’air et ne me demandez pas d’où vient cette déformation), ma serviette de plage n’était pas assortie à mon bikini et c’était quand même super, à chacun son trip.
Ah ! j’allais oublier, en rentrant, au moment de récupérer la carte (que nous avions déposée à l’entrée) mon homme toujours égal à lui-même se trompe de prénom en demandant « sa » carte et oui ça arrive, le mec met 10 minutes à la retrouver, moi derrière j’attendais le moment où on allait nous jeter dehors à coup de pied au cul mais finalement le mec retrouve la carte et s’excuse en plus d’avoir mal entendu le prénom « désolé j’ai cru entendre Y, bonne fin de journée et à la prochaine ». Il n’eut pas de prochaine.

2 commentaires:

Lowe said...

C'est bien tout ça...c'est quand même des vacances...

Dis tu m'as intrigué en parlant de mon univers !!! Qu'est-ce que tu y connais toi ?

Mabroook 3lik "Sur le sable..." c'est une vraie invitation à s'évader...

Nina said...

merci iberik fik.
en parlant d'univers je voulais dire ton monde: la route, l'aventure, la croyance... tout ça tu vois. t'inquiète je ne connais rien à ta vie mais tu vois par exemple même les couleurs sur ton blog veulent dire quelque chose non?